• Cérémonie de la citoyenneté 2015

    cérémonie de la citoyenneté 2015                

           Ce qu’il faudra retenir de la cérémonie de la citoyenneté 2015

     

     

     

     

                                 Vendredi 6 mars, une trentaine de jeunes ont répondu présents pour se  voir remettre leur première carte électorale, ils viennent d’avoir 18 ans. On pouvait espérer que la majorité municipale soit largement représentée autour du Maire pour cette cérémonie républicaine. Et bien non, seuls trois conseillers délégués, Anita LEMEUR, Martine LAURENDEAU, et Jean-Noël JUBEAU et deux adjoints, Christel BERTRON et Daniel VICENTE étaient là. Doit-on comprendre alors que la première adjointe,  l’adjoint à l’Aménagement,  l’adjointe à la Culture,  l’adjoint aux Finances ont préféré partir en weekend très rapidement ? C’est un manque de respect à l’égard de ces jeunes, souvent accompagnés de leurs familles, qui eux ont fait le choix d’honorer de leur présence cette cérémonie.

                               Mais le Maire avait réservé une véritable surprise. Il a mis à profit cette cérémonie pour élever au rang de « Maire Honoraire » Jean-François JEANNETEAU, Maire de Saint-Barthélemy de 2006 à 2014. Cette distinction est généralement réservée aux personnalités politiques qui ont exercé la fonction de Maire sur plusieurs mandats. Avec beaucoup de modestie, Jean GILLES a toujours refusé cette distinction. J-F JEANNETEAU avec un mandat et demi, n’a pas fait le même choix que son prédécesseur. La durée n’ayant jamais été gage de qualité, J-F JEANNETEAU méritait-il cet honneur ?

                               N’est-ce pas lui qui entre 2001 et 2006 a orchestré le putsch qui a conduit à l’éviction du Maire Gérard PILET. N’est-ce pas lui aussi qui clamait à l’occasion des vœux à la population en janvier 2014 qu’il ne s’immiscerait  pas dans la campagne pour sa succession et qui quelques semaines plus tard se reniait en ne cachant pas son soutien inconditionnel à Dominique BREJEON. Alors il faut bien reconnaître que Monsieur BREJEON lui devait bien ça !