• Edito mars 2015

    Edito mars 2015LETTRE OUVERTE AUX BARTHOLOMEENS

     

    A l’aube du 1er  anniversaire de l’élection municipale, nous jugeons indispensable d’attirer l’attention des Bartholoméens sur l’action de la majorité et son mode de fonctionnement, en livrant un bilan qui n’est pas exhaustif mais qui a le mérite d’être basé sur des faits, rien que des faits.

           A peine trois mois après l’investiture, le 26 Juin 2014, le personnel a déposé un préavis de grève, réclamant plus de concertation et plus de considération. Le Maire et ses proches adjoints, en guise de négociations, ont déployé des efforts avec menaces et pressions à la clé afin d’empêcher cette grève.

    -          Le 21 septembre 2014, la « Journée Mondiale de la Paix » qui était célébrée depuis 2006 n’a pas eu lieu, sans qu’on en connaisse la raison. À croire que la paix dans le monde a pris le pas sur les guerres !...

    -          Les mois d’octobre, novembre, étaient d’habitude la période réservée aux réunions de quartiers : une occasion pour les élus de présenter les grands projets. En 2014, ces réunions ont été supprimées, de même que les Conseils Consultatifs de Quartiers (CCQ). La démocratie locale est en panne. Et comme si cela ne suffisait pas, le « Conseil Municipal des Jeunes » a été aussi supprimé. Cette décision n’a pas été prise par manque de candidatures comme l’a prétendu le Maire, mais plutôt par l’absence de volontarisme politique et le manque d’enthousiasme des élus de la majorité.

    -          Traditionnellement le vote du budget était précédé d’un « Conseil Privé » qui permettait un échange contradictoire entre la majorité et l’opposition, or cette année le maire a décidé de l’annuler purement et simplement.

    -          L’adjointe à la culture dispose de deux indemnités : une en tant qu’adjointe et la seconde au titre de présidente du SIAM (école de Musique) dont la subvention municipale dépasse les  70 000 €. Sur le plan éthique, nous nous interrogeons sur la conformité de ce cumul. Nous voulons juste rappeler que les indemnités ne sont pas des compléments  de revenus.

    -          La légitimité de la majorité ne se résume pas au nombre de voix sortie des urnes. Elle  doit puiser sa crédibilité dans les actions portées par les élus sur le terrain qui traduisent les engagements pris devant les électeurs. Les Bartholoméens devraient s’interroger sur les absences des élus notamment  celles du maire qui avait déclaré pendant sa campagne qu’il serait disponible à plein temps. Pourtant il ne réussit  pas à mobiliser  ses vingt colistiers lors des  différentes manifestations municipales.

    A travers ces faits, nous voulons montrer que le compte n’y est pas : manque d’investissement dans le mandat, peur du débat avec l’opposition, décisions prises en secret : amateurisme ou mauvaise connaissance des dossiers ?

    Pour conclure, au bout d’un an, on ne peut que constater que le Maire  a tourné le dos à ses  thèmes de campagne tels que la transparence, la concertation, l’HUMANISME ….