• Les communes nouvelles

    Les communes nouvellesLa position de SBRE2014 sur les communes nouvelles 

     

     

     

    Suite à l’article paru le 26 novembre, les élus du groupe de la minorité SBRE 2014 ont souhaité réagir. Lors du dernier conseil municipal, Dominique Bréjeon, le maire avait fait part de la décision de suspendre, pour l’instant, la réflexion sur les communes nouvelles. Dénonçant la mention d’« accord avec toutes les listes» évoquée dans l’article, si les élus SBRE2014 ont bien été invités à exprimer leur point de vue lors d’un conseil privé, ils ne partagent pas les conclusions de l’étude menée par le cabinet KPMG et auraient souhaité la poursuite de cette réflexion. Livrant sa position, le groupe SBRE 2014 regrette dans son communiqué que « l’étude proposée n’intègre pas la ville d’Angers ». Tout n’aurait pas été entrepris pour convaincre le maire de la commune-centre. Par ailleurs « L’étude ne s’est basée que sur le côté financier, or dans le cas de création de communes nouvelles il est important de voir l’histoire entre les communes, les points communs, les besoins réciproques, les complémentarités etc. Ce qui n’a pas été fait et pourrait être l’objet d’un groupe de travail.

    La commune de Trélazé peut offrir des infrastructures intéressantes pour les Bartholoméens, pourquoi ne pas creuser un peu plus la réflexion ? Saint-Barthélemy-d’Anjou est une commune urbaine et si mariage il y a, il doit se faire avec une autre commune urbaine.

    La majorité en place vise le développement de l’urbanisation, pour atteindre les 10 000 habitants et ainsi toucher la DSU (Dotation de Solidarité Urbaine) mais cela n’est que très hypothétique, trop risqué à nos yeux, car non seulement nous ne sommes pas certains d’atteindre cette strate de population, mais les critères d’attributions de la DSU sont aléatoires, même si la commune atteint les 10 000 habitants ».