• OF du 05 mars 2018

    OF du 05 mars 2018Quand les finances enveniment les discussions

    En 2018, l'entrée de la ville, côté ouest, va faire l'objet d'une étude spécifique, comme la petite gare, le parking Pierre-Audouys et le lotissement de Chauffour.

     

    C'était prévisible : le duel a eu lieu entre les deux listes d'opposition, qui déplorent une forme de frilosité, et la liste majoritaire qui revendique sa gestion prudente.

    Le débat

    Relativement peu d'élus et beaucoup, beaucoup de chiffres lors du dernier conseil municipal... Après l'approbation des comptes administratifs de l'année 2017, il aura fallu procéder au vote du budget primitif 2018.

    Un vote sans surprise mais pas sans tensions. Les deux listes d'opposition ont voté contre et ont saisi l'opportunité de formuler leur ligne politique. Sans oublier de tacler celle de la municipalité. À l'instar de Laurent Daniel, de Saint-Barth réussir ensemble (SBRE), qui a commencé par sortir sa calculette. Pour déplorer qu'entre 2015 et 2017, la municipalité ait eu du mal à réaliser les investissements budgétisés, soulignant que « 20 % du crédit avaient été annulés ».

    « Saint-Barthélemy, une belle endormie »

     

     

    Certes, reconnaît Johan Charruau, adjoint aux finances, 81 % des investissements « seulement » ont été réalisés. Mais, explique-t-il, « on ne peut pas être plus performant compte tenu de la charge des services. On ne peut pas leur en demander plus, et on ne peut pas embaucher ».

    Jacques Godin, de Saint-Barth dynamique, embraye le pas pour regretter un « manque de souffle et d'innovation. Nous aurions aimé voir, déclare-t-il, une volonté politique forte pour répondre aux exigences écologiques ».

    Thierry Tastard, adjoint à l'aménagement du territoire, ne l'entend pas de cette oreille. Et de lui répliquer en énumérant ce que la commune a entrepris pour les économies d'énergie : installation d'ampoules LED, convention avec le Syndicat intercommunal d'énergies de Maine-et-Loire pour un service conseil en énergie partagée, gestion différenciée des espaces verts et bientôt écopâturage, achat de véhicules électriques, valorisation prochaine du « poumon vert » qu'est le parc de l'Europe...

    Quant au maire, Dominique Bréjeon, il laisse tout bonnement libre cours à son indignation. « On manquerait d'innovation ! Je ne l'accepte pas. Nous n'avons touché à aucun fonctionnement. Il n'y a pas eu un euro en moins pour le Théâtre de l'Hôtel-de-Ville et le Village Pierre-Rabhi. Tenir comme ça pendant six ans, ça, c'est novateur ! », assène-t-il.

    Peine perdue : Isabelle Raimbault, de SBRE, se met « sur la même longueur d'onde que l'autre groupe », relevant que « ce budget boite comme les précédents. On dit que vous sous-estimez les recettes. Et ce choix a pour conséquence de geler des projets et des études autour de la transition énergétique ».

    Bref, pour la liste SBRE, « ce projet n'est pas suffisamment engagé ni visionnaire ». Elle craint « que Saint-Barthélemy ne devienne une belle endormie ». Piqué au vif, le maire rappelle alors « la prudence, la force, la ténacité pour tenir le ca ». Avant de conclure : « Nous verrons ce que les Bartholoméens en pensent. »